» Chat
 » Forum
 » Sondages
 » Livre d'or
 » Boutique

 » Émulation
 » Sprites
 » Fonds d'écran

 »
5027283 visiteurs sont passés depuis le 21/08/2000.

Le Pouvoir des Oracles - Farore et Din

Plus de cinq jours étaient passés : les provisions se tarissaient peu à peu, tandis que l'Océan, elle, semblait ne jamais vouloir se finir. Le Soleil diffusait ses lourds rayons, rendant à l'horizon des formes indéfinis, qu'ils avaient à maints reprises pris pour leur destination. Et, au matin du sixième jours, apparu enfin l'île qu'ils recherchaient si assidûment. Mais les distances étaient trompeuses, Link le savait; aussi arrivèrent-ils à la côte Estern au midi. Enjoué à l'idée de retrouver bon nombre de ses amis de jadis, l'Hylien les mena au Village Horon, voisin de leur côte d'amarinage. Ils pénétraient à peine la clotûre de bois qui entourait le village, que déjà, le prophète Sokra les acceuillaient, le sourrire au lèvres.

- Bienvenue, nobles voyageurs, au Royaume d'Holodrum. L'Arbre Maku vous attendais, messire Link.

Le groupe monta vers le nord du village, puis passèrent la clôture que l'Héro du Temps avait autrefois ouvert. Et là se trouvait le vénérable et plusieurs fois centenaire, l'Arbre Maku. Ses feuillages aux inombrables cachettes, son grand tronc imposant, la fissure qui permettait l'accès a un Oracle aussi farouche que discret... rien n'avait changer depuis les six années qui s'était écoulées.

- Link, mon enfant, te revoilà ! tonna Maku. Farore m'avait avertit de ta venu, il y a de cela trois lunes. Elle t'attends. Mais une grande peine lui éttoufe le coeur, je le sens.
- Qu'elle est-elle? fit Link, soucieux.
- Elle t'annoncera ceci par elle-même, mon petit. Pour l'instant, j'ai besoin de recouvrer mes forces; bonne chance, enfant de la Forêt.

Sur ce, il referma ses immenses paupières, puis un léger ronflement témoigna de son sommeil. Le groupe entra dans l'antre de l'arbre, et accédèrent à un couloir dont l'unique porte menait à la salle des Secrets, où se trouvait Farore. Ils entrèrent dans la pièce, dont un chant féminin aérien y volait. L'éclairage tamis et vert rendait les lieux plus mystérieux encore.

- Bonjour Link...fit une voix dans l'ombre.

L'Oracle des Secrets sortit de la pénombre, ses yeux verts fixés sur les trois voyageurs. Son sourrire habituel avait disparue, et elle semblait redouté quelque chose.

- Qui a-t-il Farore? demanda Link, inquiet. Maku nous a dit que...
- Je vais t'expliquer, Link, coupa l'Oracle. Vois-tu, il y a quatre ans, le Livre des Secrets m'a annoncé l'heureuse venue d'un bambin, dont le destin était d'être glorieux. Par la suite, j'ai appris, un an plus tard, avec désolation que la mort avait frappé ma soeur, Nayru.
- Nous savons. Le conseil nous l'a apprit.
- Bien. Mais il y a pis encore. Ganondorf est l'auteur de se funèbre acte, Link. Il est revenu; le sceau du Temps à été brisé. Ganondorf revient cette fois pour prendre possession de nous toute, et il a déjà commencer...

Le visage désolée, elle tourna les yeux vers Fanëru.

- Nayru est à présent perdu, mais elle a eu la sagesse de faire don de ses capacités avant qu'il ne soit trop tard. Par sa mort Ganon n'a eu que le peu de pouvoir qu'il désirait. Il recouvre lentement les forces qui autrefois le possédait par la compétence des esprits malins.
- C'est pourquoi nous sommes ici,confirma Link. Nous avons pour devoir de vous rapportez, toi et Din, à Hyrule. De là vous serez en sécurité.

Farore acquiesça, puis, précédée de ses trois escortes, ils s'esquivèrent au vieux protecteur, pour déboucher au Village Horon, à la recherche de Din.

Ils la trouvèrent à son endroit habituel, entouré de deux musiciens ainsi que d'un petit spectateur qui suivait avec engouement chacun de ses mouvements. Encore une fois, Link fut ébloui par l'effet que propageait la danseuse: elle dansait comme danse une flamme, d'une manière souple et invitante. Mais elle s'arrêta lorsqu'elle l'aperçu, le visage aussitôt éclairé d'un éclatant sourire.

- LINK ! s'exclama-t-elle. C'est bien toi? (l'interpellé hocha la tête en signe de réponse) Comme tu as changé !
- Contrairement à toi.
- Merci... Mais que viens tu donc encore faire à Holodrum? Onox ne serait tout de même pas...
- Non, ce n'est pas Onox cette fois, Din, et c'est encore plus pire que la dernière fois...
- Ah oui ?
- ... c'est pourquoi nous aimerions vous amener, toi et Farore, à Hyrule. Nous voulons à tout prix éviter une catastrophe comme celle de Labrynna...
- Labrynna ?

L'air étonné de la jeune femme en disait long sur les renseignements dont elle jouissait dans cette affaire. Farore entreprit donc la délicate histoire qui l'avait chavirée il y avait trois ans.

- C'est impossible voyons, murmura la chorégraphe dans un souffle précipité, le regard hagard. Pas Nayru. Elle sait se défendre... il y a une erreur... Pas Nayru...

Elle se retourna, afin de cacher les larmes qui coulaient sur son visage. Son coeur, qui semblait trop gros pour tenir dans sa poitrine, lui faisait mal à en hurler, tandis que le sol se retrouvait vague. Nayru... Nayru était morte... comment pouvait-elle ne l'apprendre que trois ans plus tard? Nayru... Tout était fini à présent, pour elle, sa soeur, sa conscience... Elle releva la tête, et, avec la dignité que seul la Déesse de la Force pouvait possédé, elle assécha ses pleurs, pour faire face à ses alliés. Et pour la première fois depuis le début de l'entretien, elle remarqua les deux voyageurs supplémentaires qui se trouvait derrière. L'un était couvert de la tête au pieds, ne laissant paraître que deux franges de mèches blonde folles ainsi que des yeux rouges, tandis que l'autre ressemblais étrangement à Nayru, mais les yeux étaient d'un vert hypnotique au lieu d'un apaisant bleu.

- Je suis désolée, fit Din à l'intention des deux inconnus, mais il me semble que vous ne me soyez pas familier...

Sur ce, Farore fit les présentations; lorsqu'il fut au tour de Fanëru, l'Oracle des Saisons ne pu réprimée sa surprise. Elle la détailla, puis lui lança un sourire empli d'une tendresse rare chez l'acrobate musicale.

- Bienvenue parmi nous, Fanëru.

Puis, se retournant vers Link et Sheik :

- Avant de partir, il me faut aller au Temple. Il faut que Téel, Unaty, Iheen et Jeya sachent mon départ; elle dirigent Holodrum le temps de mon absence. Elles sont efficaces, mais distraites si je ne leur rappèlent pas leur devoir.

Le groupe se dirigèrent donc vers le Nord, là où se trouvait le Temple reconstruit, ainsi que les quatre Fée des Saisons.

***

En ces même heures, dans une quelconque ténébreuse partie d'Hyrule, le Seigneur des Ténèbres concoctait un plan infaillible, qui causerait sans aucun doute la perte de ses ennemis, une bonne fois pour toute. C'est pourquoi il avait fait appel au seul mortel qu'il trouvait digne de sa confiance; un être déchu de tout sens moral, un être pour qui tuer n'était que fantaisie... et, surtout, un être pour qui l'amour n'était que chimère.

C'est ainsi qu'apparut devant Ganondorf la silhouette noir de son assistant, aussi silencieux et mystérieux que la nuit.

- Que puis-je pour vous ?
- J'aimerais que tu suivent les gens que je t'ai montré, il y a peu. Plusieurs de leur groupe ont des pouvoirs d'une rare puissance et insoupçonné. C'est pourquoi je te recommande prudence et vigilance. Je les veux tous en vie, compris? Si, ne serait-ce qu'un d'entre eux, ne montrerait signe de faiblesse du qu'à ton inattention, tu seras sévèrement sanctionner, je peux te l'assurer. Me suis-je bien fais comprendre ?
- Plus que jamais.
- Bien. Mais je te demande de rester discret et consciencieux en ce qui concerne tout les informations que je t'ai confier; une seule d'entres-elles échappés, et la faillite serait immédiate. Méfis toi aussi des trois femmes; leurs dons font en sorte qu'il te sera fort difficile à les tromper. Malgré ceci, se sont elle qui pourront m'offrir le reste de magie qu'il me manque encore de mes anciennes forces.
- Je vous les apporteraient tous, et ils seront à votre service. Au revoir.

La forme noirâtre eu un sec coup de tête, pour signifier un certain salut de sa part, puis suivit le tapis gris et poussiéreux qui menait aux portes sombres où débouchait la salle royale du Diable.

- Encore une chose, rappela Ganondorf, (l'ombre arrêta sa marche). On m'appelle Monseigneur ici, et on me doit serment d'allégeance. L'aurais-tu oublié?
- Je n'ai qu'un seul maître, fit le serviteur démoniaque dans un rire mesquin, sans se tourner vers celui qui l'avait interpellé. Lui seul possède le droit de me gouverner; lui seul possède le pouvoir de me diriger à sa volonté.
- Et qui est ce maître ?

Le nocturne adjoint retourna le visage, et, dans un rayons de lumière cru et pâle, l'ont pu voir des yeux d'un noir de jais, aussi dur que le fer, dont les coins se plissait légèrement par le sourire qu'il cachait.

- Moi.

Puis il sortit.

 » Contact
 » Affiliation
 » Copyright
 » Awards

 » Fan Fictions
 » Fan Arts

 » Vidéos
 » MP3
 » Midis

Powered by vBulletin® Version 4.2.5
Copyright © 2021 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Contact Accueil Valid XHTML 1.0! Valid CSS! Retour en haut