» Chat
 » Forum
 » Sondages
 » Livre d'or
 » Boutique

 » Émulation
 » Sprites
 » Fonds d'écran

 »
5027247 visiteurs sont passés depuis le 21/08/2000.

Le Pouvoir des Oracles - Retour à Hyrule

Navi virevoltait joyeusement autour de l'attablé, attrapant par moment des bribes de conversation, et par d'autre des éclats de rire. Mais la petite fée ne s'éloignait jamais trop de son cher Kokiri. Elle le veillait farouchement, s'attendant à tout instant de voir apparaître unmonstre ou autre. Link, lui, conversait vivement avec Knil et Farore, tandis que Din, Bipin et Blossom argumentait sur un point. Sheik c'était retiré au bord de la fenêtre, confortablement assis sur le large cadrage, jouant un air léger et mélancolique sur sa lyre. Son regard observait les milliers de flocons danser leur valse tourbillonante, soufflé par la bise froide de l'hiver. Au bout de quelque temps, le Sheikah ferma les yeux, et entonna un autre hymne, combinaison de la Prélude de la Lumière, la Nocturne de l'Ombre et le Chant du Temps. Au moment où la porte s'ouvrit, faisant s'engouffrer un vent violent dans la chaumière de bois, la partition devin sensiblement plus rapide, s'envolant entre les doigts de Sheik, tandis que ses yeux se plissaient d'un sourrire caché.

Le visage rougit, par le froid peut-être, Fanëru et Kramin venaient d'entrer dans la petite maisonnette. Après s'être débarasser de leur cape et de la neige persistante, ils se dirigèrent vers le reste de la troupe, chacun auprès d'une différente assigégé, presque en évitant le regard de l'autre. Ce changement, quasiment imperceptible, n'échappa cependant pas à la vive Din, qui eu tôt fait d'aller faire part de ses observations à sa soeur. Farore lui sourrit étrangement, comme si tout ceci était des plus normal. Mais une ombre commençait à froler son esprit, une pensée troublante qu'elle ne pouvait jamais identifier, comme si elle s'échapait toujours de son emprise au moment où Farore allait la percevoir. Cependant, elle savait que le danger était proche. Une sourde angoisse grandissant en elle à chaque instants. Elle fit part de ses augures à Link, qui lui jugea mieux de ne pas s'attarder et de rentrer le plus tôt possible à Hyrule.

Ce soir-là, l'on réussit presque miraculeusement à pouvoir placer chacun de façon confortable, afin d'entreprendre un sommeil réparateur. Le lendemain, le groupe reprit sa marche, se dirigeant cette fois vers le sud du Village Lynna, où se trouvait un jeune homme se spécialisant dans la construction de navires de fort bonne qualité, que Link avait déjà expérimenté. Pour quelques ruppies, ils purent obtenir une embarquation solide, beaucoup plus sapacieuse que la précédente, de meilleure condition aussi.

La communauté avait retrouver un climat serein, bien que toujours encadrer d'une menace dont seule l'Oracle des Secrets pouvait ressentir la puissance grandissante. Plus surprenant encore, les habituelles railleries avaient disparue, depuis la douce tempête qui avait tomber auparavent. Et, éttonament, les deux ennemis semblaient avoir conclus un semblant de trêve, qui faisait en sorte qu'ils se retrouvaient indénablement en compagnie de l'autre, dans de joyeuses conversations, où leur rire perçaient, et, plus rarement, le silence retombait.

Link avait été le premier touché dans cette nouveauté. À la vue des deux compagnons, il ne lui était plus rare de s'ennivrer d'une douce nostalgie, qui avait les allures de la belle Hyrule, cette Terre resplendissante, qui n'avait dégale que la Princesse qui la gouvernait... Bien qu'il n'osait pas se l'avouer, Link avait perdu le goût des longs voyages loin de son sol maternel aux cour des trois calmes et paisibles années qui c'était passé depuis sa dernière victoire contre Ganondorf, alors qu'il n'avait que dix-sept ans. Heureusement, la petite Navi, toujours aussi fidèle, l'accompagnait de ses incessants papotages, ce qui empêchait l'Hylien de songer à ses tourments.

Ce fut le deuxième jours de leur arrivé à Labrynna que Link, les trois Oracles, ainsi que Sheik et Kramin quittèrent la terre pour prendre la mer. Le climat s'annonçait frisquet, certes, cependant le Soleil se dévoilait encore, jetant sa chaude lumière de temps à autre.

Ainsi se déroulla leur retour à Hyrule, étrangement clame. Après un peu plus de six jours de traversée, le sommet du Mont du Péril fit enfin son apparition dans l'horizon, son éternelle volute tournoyant autour du cratère. Link et Sheik furent soulagés de la voir d'un blanc aussi pur, signe que tout allait pour le mieux.

Durant plus d'une demi-journée, ils longèrent la côte, avant d'arriver sur la plage qu'ils avaient quitter si précipitament quelques semaines plus tôt. Plus aucune trace nMétait visible du combat qu'ils avaient mener contre les Lizalfos, pas même un sillion laissé par le Volvagia aquatique. Ce qui, au contraire, réjouissait Link, sans qu'il ne sache pourquoi.

Encore une fois, ils passèrent par le Domaine Zora, avec son décors enchanteurs, qui en émerveilla plus d'un. L'éclairage tamisé des bois prit cependant de l'éclat, jusqu'à devenir le soleil éclatant de la belle Hyrule. Le premier réflexe de Link fut d'appeler Epona, enttonant joyeusement les six notes qui servait de rappel envers la jeune jument.

Cependant, à la fin de la petite mélodie, l'Hylien n'entendis pas l'hennissement enjoué nis les bruits de galop qui caractérisait l'arriver d'Epona. Interdit, Link recommença sa partition, toujours sans résultat. La seule raison qui pouvait bien empêcher la fidèle monture de pouvoir rejoindre l'Hylien, c'était que Malon avait dû mettre les chevaux du ranch à l'écurie, et, par une aussi belle journée, cela ne pouvait envisager que le pire...

Et si... S'il c'était passé un sombre évènement durant leur absence ? Du coup inquiet, Link s'empressa de prendre la direction du Chateau d'Hyrule, lorsque tout à coup, il se retrouva envahi d'un souffle froid, tandis que ses membres se raidissaient, de plus en plus lourds. Inquiet, il se retourna vers ses compagnons, voyant qu'eux aussi se retrouvait dans la même situation que lui. Difficilement, il pivota la tête vers la droite, où il put voir une dernière fois Kramin, qui les pointait de son sceptre, avant de voir la lumière du jour disparaitre, comme s'il se retrouvait engloutit dans un profond abime.

 » Contact
 » Affiliation
 » Copyright
 » Awards

 » Fan Fictions
 » Fan Arts

 » Vidéos
 » MP3
 » Midis

Powered by vBulletin® Version 4.2.5
Copyright © 2021 vBulletin Solutions, Inc. All rights reserved.
Contact Accueil Valid XHTML 1.0! Valid CSS! Retour en haut